Featured books

La République romaine : Da la deuxième guerre punique à la bataille d’Actium (218-3 av. J-C.) (Nouvelle histoire de l'antiquité, Volume 7)

By Jean-Michel David

Nouvelle histoire de l’Antiquité

1. Jean-Claude Poursat, La Grèce préclassique. Des origines à los angeles fin du VIe siècle
2. Edmond Lévy, La Grèce au Ve siècle. De Clisthène à Socrate
3. Pierre Carlier, Le IVe Siècle grec. Jusqu’à l. a. mort d’Alexandre
4. Pierre Cabanes, Le Monde Hellénistique. De los angeles mort d’Alexandre à l. a. paix d’Apamée (323-188 av. J.-C.)
5. Claude Vial, Les Grecs. De los angeles paix d’Apamée à l. a. bataille d’Actium (188-31 av J.-C.)
6. Agnès Rouveret, Rome avant l’impérialisme
7. Jean-Michel David, La République romaine. Da l. a. deuxième guerre punique à l. a. bataille d’Actium (218-3 av. J-C.)
8. Patrick Le Roux, Le Haut-Empire romain en Occident. D’Auguste aux Sévères (31 av. J.-C.-235 apr. J.-C.)
9. Maurice Sartre, Le Haut-Empire romain. Les provinces de Méditerranée orientale d’Auguste aux Sévères
10. Jean-Michel Carrié, Aline Rousselle, L’Empire romain en mutation. Des Sévères à Constantin (192-337 apr. J.-C.)

Show description

Preview of La République romaine : Da la deuxième guerre punique à la bataille d’Actium (218-3 av. J-C.) (Nouvelle histoire de l'antiquité, Volume 7) PDF

Best Classical Studies books

The Oxford Handbook of Ancient Greek Religion (Oxford Handbooks)

This instruction manual bargains a entire evaluate of scholarship in old Greek faith, from the Archaic to the Hellenistic sessions. It provides not just key details, but additionally explores the ways that such details is collected and the several methods that experience formed the realm. In doing so, the quantity presents an important examine and orientation instrument for college students of the traditional international, and likewise makes an important contribution to the major debates surrounding the conceptualization of old Greek faith.

Euripides I: Alcestis, Medea, The Children of Heracles, Hippolytus (The Complete Greek Tragedies)

Euripides I includes the performs “Alcestis,” translated through Richmond Lattimore; “Medea,” translated by means of Oliver Taplin; “The young ones of Heracles,” translated through Mark Griffith; and “Hippolytus,” translated via David Grene. Sixty years in the past, the collage of Chicago Press undertook a momentous venture: a brand new translation of the Greek tragedies that might be the last word source for lecturers, scholars, and readers.

Oedipus the King

On hand for the 1st time as an autonomous paintings, David Grene’s mythical translation of Oedipus the King renders Sophocles’ Greek into cogent, shiny, and poetic English for a brand new iteration to get pleasure from. through the years, Grene and Lattimore’s whole Greek Tragedies were the popular collection of thousands of readers—for own libraries, person learn, and school room use.

Life and Letters in the Ancient Greek World (Routledge Monographs in Classical Studies)

From the 1st ‘deadly indicators’ scratched on a wood capsule teaching the recipient to kill the person who added it, to the letters of St Paul to the early Church, this booklet examines the diversity of letter writing within the historical Greek global. Containing wide translated examples from either lifestyles and fiction, it presents a glimpse into the lives of either usual humans and political lifestyles.

Extra info for La République romaine : Da la deuxième guerre punique à la bataille d’Actium (218-3 av. J-C.) (Nouvelle histoire de l'antiquité, Volume 7)

Show sample text content

Cf. ok. J. Hölkeskamp, Die Entstehung der Nobilität. 37. On pourrait citer e. g. le cas de ce P. Antistius qui présidait en 86 le tribunal où Pompée plaida pour l. a. première fois et qui, reconnaissant dans le jeune homme des qualités d’avenir, s’empressa d’en faire son gendre (Plut. , Pomp. , 4). 2 La puissance de Rome à l’issue de la deuxième guerre punique L’autre fondement essentiel de cette puissance qui allait permettre à los angeles cité de Rome de régenter l’ensemble des can pay de los angeles Méditerranée était l’empire qu’elle s’était déjà constitué. C’était certes los angeles richesse économique et démographique de ces régions qui contribuait à son pouvoir, mais plus encore los angeles solidité et l. a. cohésion d’une domination désormais d’autant plus assurée que depuis sa victoire sur Hannibal rien ne viendrait plus l. a. contester. L’épreuve de l. a. deuxième guerre punique avait été negative, et l. a. fierté du succès était à l. a. hauteur de l’effort qu’il avait fallu consentir. Toute l. a. communauté civique – et particulièrement son aristocratie – sortait grandie de l. a. guerre, mais endurcie aussi et comme arc-boutée sur ses valeurs et los angeles judgment of right and wrong d’une supériorité à laquelle elle était prête à soumettre le reste du monde. Les effets de l. a. guerre avaient certes été désastreux pour los angeles inhabitants de Rome et de l’Italie. Mais, malgré les ravages, de nouvelles stipulations économiques et politiques s’étaient mises en position qui conduiraient à un nouvel essor. L’Italie et l’Empire Le most excellent cercle de peuples et de cités sur lequel s’exerçait los angeles domination romaine était constitué par ceux qui en Italie même s’étendaient au-delà de l’ager romanus. A los angeles veille de l. a. deuxième guerre punique, ils étaient nombreux et encore très divers. Le processus qui devait conduire à l’unification culturelle de los angeles péninsule n’était qu’engagé, et l’on distinguait facilement les populations celtiques qui occupaient l. a. plaine du Pô, les cités étrusques et ombriennes de l’Italie centrale, les Samnites de l’Apennin et les autres populations sabelliennes de l’Italie méridionale : Messapiens, Lucaniens et Bruttiens ; et les cités grecques qui, de l. a. Campanie jusqu’à l’extrémité de l. a. péninsule, bordaient les côtes. Les différences ethniques qui séparaient toutes ces populations étaient encore très fortes, mais plus encore celles qui tenaient à l’organisation politique et sociale. Certains peuples, les Étrusques et les Grecs notamment, vivaient depuis longtemps selon un modèle civique qui leur était constitutif, alors que d’autres, les Celtes et les Samnites pour l’essentiel, ne connaissaient qu’une business enterprise fondée sur une identité ethnique et tribale qui définissait un peuple divisé en cantons et en villages (pagi et vici). Tous cependant étaient soumis à l’alliance romaine dans l. a. mesure où los angeles suggestion de neutralité n’avait aucun sens et que los angeles conquête de l’Italie avait abouti à ce que Rome n’y connaissait plus le moindre ennemi. Il était donc hors de query qu’ils pussent mener avec des cités ou des peuples étrangers une politique extérieure qui allât au-delà des relatives habituelles d’hospitalité ou de bon voisinage.

Download PDF sample

Rated 4.09 of 5 – based on 13 votes

Comments are closed.