Featured books

La raison de Rome : Naissance de l'esprit critique à la fin de la République (IIe-Ier siècle avant J.-C.)

By Claudia Moatti

Au dernier siècle de son histoire (entre le IIe et le Ier s. av. J.-C.), alors qu’elle est emportée par les guerres civiles et les conflits extérieurs, l. a. République romaine connaît une véritable révolution intellectuelle sous le signe des « Lumières ». A cette époque marquée par une ouverture sans précédent sur le monde et par l’intégration monstrous des Italiens dans le corps civique, los angeles classe dirigeante modifie peu à peu ses questionnements, ses discours, ses pratiques, et s’interroge sur los angeles romanité.Comment penser lorsque les valeurs anciennes et les associations vacillent ? remark constituer un État, une mémoire, à partir d’une multitude de peuples et de cultures ? Contre l’éclatement, le désordre et l. a. crise, les Romains en appellent à l. a. Raison, tout à los angeles fois norme, principe de pensée, méthode d’organisation et de type ; il s découvrent l. a. critique, los angeles pluralité, l’abstraction, cherchent des catégories générales susceptibles de quadriller le réel et d’en appréhender l. a. diversité.C’est dans cette création de formes, dans los angeles building d’un ordre logique et universel, recouvrant sans les détruire les singularités historiques, que s’impose l. a. modernité de Rome.

Show description

Preview of La raison de Rome : Naissance de l'esprit critique à la fin de la République (IIe-Ier siècle avant J.-C.) PDF

Similar Classical Studies books

The Oxford Handbook of Ancient Greek Religion (Oxford Handbooks)

This instruction manual deals a entire evaluation of scholarship in old Greek faith, from the Archaic to the Hellenistic sessions. It provides not just key info, but additionally explores the ways that such info is amassed and different techniques that experience formed the world. In doing so, the amount offers an important learn and orientation device for college students of the traditional global, and in addition makes an essential contribution to the foremost debates surrounding the conceptualization of historic Greek faith.

Euripides I: Alcestis, Medea, The Children of Heracles, Hippolytus (The Complete Greek Tragedies)

Euripides I includes the performs “Alcestis,” translated via Richmond Lattimore; “Medea,” translated by means of Oliver Taplin; “The kids of Heracles,” translated via Mark Griffith; and “Hippolytus,” translated by means of David Grene. Sixty years in the past, the college of Chicago Press undertook a momentous venture: a brand new translation of the Greek tragedies that might be the final word source for academics, scholars, and readers.

Oedipus the King

To be had for the 1st time as an self sufficient paintings, David Grene’s mythical translation of Oedipus the King renders Sophocles’ Greek into cogent, brilliant, and poetic English for a brand new iteration to take pleasure in. through the years, Grene and Lattimore’s whole Greek Tragedies were the popular selection of thousands of readers—for own libraries, person learn, and school room use.

Life and Letters in the Ancient Greek World (Routledge Monographs in Classical Studies)

From the 1st ‘deadly indicators’ scratched on a wood capsule teaching the recipient to kill the person who introduced it, to the letters of St Paul to the early Church, this e-book examines the diversity of letter writing within the historic Greek international. Containing large translated examples from either lifestyles and fiction, it offers a glimpse into the lives of either usual humans and political existence.

Extra resources for La raison de Rome : Naissance de l'esprit critique à la fin de la République (IIe-Ier siècle avant J.-C.)

Show sample text content

Los angeles grammaire ? Le de oratore en témoigne largement : Antoine par exemple contestait que l’éloquence fût un � art » ; son livre regroupait � non pas des préceptes fondés sur un enseignement théorique, mais les conseils d’expérience oratoire acquise au milieu des affaires »66. Un événement qui se produisit au début du Ier siècle révèle aussi l. a. résistance de l. a. société à de telles questions. En ninety two, les censeurs Cnaeus Domitius Ahenobarbus et Lucius Licinius Crassus, un des interlocuteurs du de oratore, firent fermer les écoles de rhéteurs latins. Jusque-là, en effet, los angeles rhétorique s’enseignait en grec : en quoi le fait de l’enseigner en latin pouvait-il nuire ? Quel était le sens de cette décision ? Était-ce une mesure politique dirigée contre un milieu proche des marianistes et des Italiens, alors que le mécontentement de ces derniers s’amplifiait dans ces années qui précédaient de peu los angeles guerre sociale ? Une réaction de l’aristocratie contre une tentative d’enseigner à de nouvelles couches sociales un savoir réservé à l’élite romaine ? Tout cela est peut-être juste. Mais cette méfiance à l’égard des rhéteurs latins, de ces � professeurs d’impudence », selon les mots de Crassus, ne traduit-elle pas plutôt les réticences d’une société devant l. a. montée d’un esprit nouveau ? On devrait rapprocher cet édit de quelques remarques qui parcourent los angeles littérature latine. Celle de Cicéron : � Pourquoi a-t-il toujours été beau d’enseigner le droit… alors que, si l’on stimule l. a. jeunesse à parler ou qu’on l’y aide, on encourt le blâme ? » A quoi semble répondre le contemporain de Crassus, Antoine, dans le de oratore : � J’ai toujours pensé qu’étant donné notre peuple, un orateur serait écouté avec plus de plaisir et produirait plus d’effet, s’il ne laissait percer que le moins d’art attainable… Si vous donnez à croire que cet paintings vous est familier, et que vous y recourez dans votre plaidoierie, cette opinion vous nuit dans l’esprit des juges. Elle diminue l’autorité de celui qui parle et enlève à ses paroles leur valeur persuasive » (imminuit enim et oratoris auctoritatem et orationis fidem). L’art enlève donc à l’autorité, provoque une méfiance naturelle de los angeles half du public. Méfiance qu’inspirait également toute los angeles tradition grecque : d’ailleurs, l. a. plupart des orateurs à cette époque cachaient leur connaissance du grec67. l. a. tradition grecque relevait d’un choix privé : aussi, tant que los angeles rhétorique restait enseignée dans sa langue d’origine, elle ne remettait pas en reason le système traditionnel, qui n’accordait aucune position à l’enseignement de l’éloquence – ni d’ailleurs à celui de los angeles philosophie. L’apprentissage de cette même self-discipline en latin renversait les données du problème : l’éloquence devenait un enseignement reconnu et aussi continu68, elle détenait une position en quelque sorte officielle dans los angeles société. Or, cela était d’autant plus grave que los angeles rhétorique enseignait l. a. persuasion, non l’obéissance, le possible, non l. a. vérité ; et que los angeles rhétorique latine, en outre, rejetait toute autorité fondée seulement sur l’ancienneté – même celle des Grecs.

Download PDF sample

Rated 4.32 of 5 – based on 7 votes

Comments are closed.