Featured books

Décadence romaine ou Antiquité tardive ? : IIIe-IVe siècle

By Henri-Irénée Marrou

Décadence romaine ou Antiquité tardive ?Pour décrire les derniers siècles de l’Empire romain, Henri-Irénée Marrou oppose à l’idée de décadence celle, largement confident, d’Antiquité tardive. C’est en effet au cours de cette période que l’Europe lègue aux générations futures nombre des associations sur lesquelles repose encore son histoire.Dans ce petit livre posthume, l’auteur a magistralement résumé ses longues années de recherche et de découvertes. Il suggest une réflexion générale sur le passage de l. a. Grèce classique à l’Europe moderne, en abordant des thèmes aussi divers que le rapport entre l’art païen et l’art chrétien, los angeles grandeur de Byzance, le processus de christianisation.Henri-Irénée Marrou (1904-1977)Un des grands historiens de l’Antiquité tardive, spécialiste d’Augustin et de l’augustinisme, qui fut aussi critique musical sous le nom d’Henri Davenson. Il a notamment publié, au Seuil, L’Église de l’Antiquité tardive (1985) et Saint Augustin et l’augustinisme ("Points Sagesses", 2003).

Show description

Preview of Décadence romaine ou Antiquité tardive ? : IIIe-IVe siècle PDF

Best Classical Studies books

The Oxford Handbook of Ancient Greek Religion (Oxford Handbooks)

This instruction manual deals a accomplished review of scholarship in historic Greek faith, from the Archaic to the Hellenistic sessions. It offers not just key details, but additionally explores the ways that such info is accrued and the various techniques that experience formed the world. In doing so, the quantity presents a very important learn and orientation instrument for college kids of the traditional global, and in addition makes an important contribution to the main debates surrounding the conceptualization of historic Greek faith.

Euripides I: Alcestis, Medea, The Children of Heracles, Hippolytus (The Complete Greek Tragedies)

Euripides I comprises the performs “Alcestis,” translated via Richmond Lattimore; “Medea,” translated by means of Oliver Taplin; “The young children of Heracles,” translated by means of Mark Griffith; and “Hippolytus,” translated via David Grene. Sixty years in the past, the collage of Chicago Press undertook a momentous undertaking: a brand new translation of the Greek tragedies that might be the last word source for lecturers, scholars, and readers.

Oedipus the King

To be had for the 1st time as an self sufficient paintings, David Grene’s mythical translation of Oedipus the King renders Sophocles’ Greek into cogent, brilliant, and poetic English for a brand new new release to get pleasure from. through the years, Grene and Lattimore’s whole Greek Tragedies were the popular number of thousands of readers—for own libraries, person examine, and school room use.

Life and Letters in the Ancient Greek World (Routledge Monographs in Classical Studies)

From the 1st ‘deadly indicators’ scratched on a wood pill teaching the recipient to kill the person who added it, to the letters of St Paul to the early Church, this e-book examines the diversity of letter writing within the historic Greek international. Containing broad translated examples from either existence and fiction, it offers a glimpse into the lives of either traditional humans and political existence.

Extra resources for Décadence romaine ou Antiquité tardive ? : IIIe-IVe siècle

Show sample text content

Autre transformation, de caractère encore plus général, celle que nous observons dans l’histoire du costume : aux vêtements de l’antiquité classique, fondés sur le principe de l. a. draperie, abundant et instable, s’est substitué le gown de style moderne ajusté et cousu. Pour évoquer los angeles permanence de l’Empire ce buste de Constantin trouvé à Niš (Naissus) en Yougoslavie, sa ville natale 1. Montesquieu, � Voyages en Europe. De l. a. manière gothique », Œuvres complètes, Paris, Éd. du Seuil, 1964, p. 365 A. 2. D. V. Ainalov, The Hellenistic Origins of Byzantine paintings, Saint-Pétersbourg, 1901 (en russe) ; éd. anglaise, posthume, New Brunswick (N. J. ), 1961. three. A. Riegl, Spätrömische Kunstindustrie nach der Funden in Oester-reich, Vienne, 1901. La révolution du costume Le principe du dress de l. a. première antiquité, c’est-à-dire après los angeles disparition du vêtement ajusté de l’époque minoenne et mycénienne, consiste à utiliser une pièce d’étoffe souple — celles des modernes sont toujours trop raidies par l’apprêt — telle qu’elle style du métier, soit simplement drapée autour du corps comme c’est le cas du manteau d’extérieur, l’himation grec ou l. a. toge romaine, soit suspendue à l’épaule droite par une agrafe ou fibule : ainsi pour le manteau militaire, los angeles chlamyde, qui, elle, passera sans changement remarkable à l’antiquité tardive — l’étoffe, semble-t-il, devenue cependant plus pesante — et reste un des éléments caractéristiques de l’uniforme des soldats et des fonctionnaires (car le carrier civil est désormais, comme il le sera dans l. a. Russie des tsars, assimilé au provider militaire, militia). Le caractère unique de ce système de los angeles � draperie » (pour parler le jargon d’atelier) se manifeste plus particulièrement dans le vêtement de dessous ou d’intérieur, khiton, tunica — celui des femmes, peplos, ne se distinguant de celui des hommes que par sa longueur, tombant jusqu’aux chevilles alors que normalement los angeles tunique masculine s’arrête au-dessus du genou. Le principe de l. a. tunique consiste à prendre un rectangle d’étoffe plié en deux, le corps s’introduisant à l’intérieur, le pli étant appliqué sur le flanc gauche, l’étoffe suspendue aux épaules par une ou, plus normalement, deux fibules qui réunissaient ainsi le devant et le derrière du vêtement, le flanc droit étant protégé par quelques agrafes ou issues de couture mais surtout par l’ampleur de l’étoffe, l’ensemble étant maintenu par l. a. ceinture qui joue un rôle essentiel pour l. a. bonne tenue du vêtement. l. a. grande danseuse de bronze d’Herculanum, rattachant son peplos Pour que celui-ci puisse remplir sa double fonction — chaleur, pudeur —, il était nécessaire d’utiliser en effet une longueur d’étoffe assez généreuse : par rapport à ce gown old, nos vêtements modernes paraissent étriqués. Les mêmes préoccupations expliquent, pour le peplos des femmes, l. a. variante qui consiste à plier une première fois l’étoffe dans le sens horizontal avant de los angeles replier verticalement pour le draper, ce qui double l’épaisseur d’étoffe sur le torse, ce repli généralement laissé flottant pouvant être ramené de l’arrière sur los angeles tête en formant un voile.

Download PDF sample

Rated 4.96 of 5 – based on 28 votes

Comments are closed.